L’entomofaune de la réserve naturelle des Grangettes (VD): suivi de trois groupes indicateurs

Jean-Luc GattoLLiat1, aLine Pasche2, Jérôme PeLLet3 & charLotte saLamin hofmann4

 

Introduction


Le site marécageux d’importance nationale des Grangettes s’étend sur l’ancien delta de la plaine du Rhône, à l’extrémité est du Léman. D’une surface de près de 200 ha, les Grangettes sont marquées par une topographie extrêmement plate largement influencée par la proximité de la nappe phréatique. Les milieux naturels remarquables qui s’y développent sont caractéristiques de ces conditions (Lemnion, Phragmition, Phalaridion, Magnocaricion, Caricion davallianae, Molinion, Calthion, Filipendulion, Salicion cinereae, Alnion incanae, Fraxinion pour ne citer que les plus hygrophiles).
Avant les années 1990, seules quelques observations ponctuelles d’invertébrés ont été faites dans la réserve des Grangettes; aucun relevé scientifique systématique n’y a été effectué. Depuis, plusieurs études ont été menées, en particulier sur les milieux aqua- tiques. L’ensemble des mares a fait l’objet d’un travail intensif en 1992 (Naceur 1993, Naceur & Dethier 1995), et certaines ont été suivies durant plusieurs années jusqu’en 2000 (Naceur 2003). Les trois canaux principaux qui traversent la réserve ont été étudiés en 1993 (Gattolliat & Sartori 1996) et certains aménagements ont fait l’objet d’un suivi ultérieur (Gattolliat 2000). Hormis l’entomofaune des biotopes lentiques (mares, étangs et canaux), certains groupes de macroinvertébrés des Grangettes ont également été invento- riés notamment dans le cadre de l’établissement des Listes rouges suisses des Odonates ou des Coléoptères xylophages. La base de données du Centre suisse de Cartographie de la Faune (CSCF) mentionne 45 espèces de Lépidoptères pour la Réserve des Grangettes, respectivement 38 pour les Orthoptères et 46 pour les Odonates. Les données à disposi- tion sont souvent ponctuelles et seulement occasionnellement couvrantes pour certains groupes (p. ex. Orthoptères in Delarze 1996, Hétéroptères aquatiques in Naceur & Dethier 1995). Il manque un protocole de suivis susceptible de renseigner le gestionnaire sur l’impact et la pertinence des travaux de gestion des milieux naturels. De plus, si la pré- sence de certaines espèces à haute valeur patrimoniale ou prioritaires a été attestée, leur maintien et l’évolution de leurs populations restent inconnus.
Les Rhopalocères, les Orthoptères et les Odonates ont été retenus comme groupes indicateurs. Il s’agit de groupes très régulièrement utilisés dans de tels suivis, pour les- quels les Listes rouges existent (Gonseth & Monnerat 2002, Monnerat et al. 2007, Wermeille et al. 2014) et où des espèces cibles ont été définies, notamment dans le cadre du réseau vaudois Emeraude (Delarze et al. 2003).
Les communautés de Rhopalocères et d’Orthoptères sont largement influencées par la structure de la végétation et les modes de gestion des herbages, il était intéressant de voir dans quelle mesure ces deux groupes fournissent une réponse similaire sur l’évolution des milieux et l’impact de la gestion de la réserve.